Partage d’expériences

Voici quelques témoignages de personnes ayant bénéficié d’accompagnement au développement des compétences pour la RSE.

Fabrice Chiffoleau, C1, ancien étudiant du Collège des Hautes Etudes du Développement Durable (CHEDD)

« La formation m’a permis de mieux comprendre comment les enjeux du développement pouvaient être pris en considération chez C10. Pour partager sur le sujet, à l’issue du CHEDD, j’ai rejoint un groupe de travail DD au sein de notre réseau national C10 tout juste créé, puis au niveau de la filière. L’approche managériale des dirigeants FNB & C10 en ressort modernisée. C’est l’ensemble de nos parties prenantes qui en est impacté : développement de projets innovants pour nos clients cafés et restaurants, Étiquetage Environnemental, modernisation du parc camion notamment. »

Franck Dépériers, la Petite Boulangerie, bénéficiaire du programme d’accompagnement de la CMA 44 « Valoriser sa démarche RSE »

« La démarche d’accompagnement RSE engagée par l’entreprise permet de prendre du recul sur toutes les actions engagées par l’entreprise : choix des fournisseurs, organisation de la production, gestion des équipes, développement de l’entreprise, attentes de la clientèle, implication locale, gestion de nos déchets, consommation d’énergie…. Ce soutien permet de structurer nos bonnes pratiques et d’envisager des progrès dans d’autres domaines à travers la construction d’un plan d’actions pour continuer de progresser.»

Luc Mertzweiller, campus Veolia, retour d’une expérience collective d’immersion dans le monde associatif proposée par Andaman

« La force du dispositif est sa simplicité. L’importance [de l’activité en] binôme manager/bénéficiaire de l’association est posée dès le début : pour collaborer il faut communiquer, prendre le temps d’échanger.  Il s’agit véritablement de rencontres extra ordinaires. Du point de vue d’une transposition en formation […] il s’agirait davantage d’une consolidation de compétences existantes par la mise à l’épreuve de celles-ci en dehors de leur terrain d’expression habituelle. Il y a une véritable vertu à sortir du cadre professionnel pour mettre ce que l’on sait faire au service de bien plus grand que la performance économique.»

Philippe Gaudin, SAS GAUDISMONTS – SUPER U St Jean de Monts, bénéficiaire du FRAC RSE

« Notre entreprise est très sensible au développement durable. A l’occasion du projet « des Sentiers du Marais » – l’extension de notre magasin- loin de consommer du foncier nous « re créons du marais ». Grâce au FRAC RSE, j’ai pris du temps avec Marc Lamoureux, consultant du cabinet Potentis Conseil, pour réfléchir à une stratégie globale de responsabilité sociétale de mon entreprise. Notre plan d’actions comprend notamment : un service de livraison électrique des courses au consommateur, une réflexion sur la création d’une crèche d’entreprises…»

Sarah Martin, Chargée de Communication / Développement Qualité Réso France, participante du dispositif « We work RSE » proposé par le Comité 21 des Pays de la Loire

« Le programme WE WORK RSE m’a permis de « démystifier » la démarche RSE et de la rendre plus concrète et accessible dans sa mise en œuvre au sein d’une petite structure associative telle que RESO. Le format des sessions en petits groupes, avec les mêmes personnes tout au long du programme est idéal : cela vous donne l’occasion d’échanger sur les réserves ou obstacles que vous rencontrez dans votre projet, mais aussi de partager les solutions que vous avez testées, avec succès, ou non. L’équipe du Comité 21 de part sa connaissance des nombreuses initiatives existantes peut vous épauler et même vous souffler de bonnes idées. Bref, vous vous sentez moins seul !»

Carole Son, Déléguée RH, GrDF, participante à une formation basée sur l’usage des serious games SecretCAM proposé par le CNAM des Pays de la Loire

« La proposition du CNAM de travailler sur ces thèmes via ses « serious games » nous a paru innovante et adaptée à notre besoin de sensibilisation et de formation. Ces jeux rendent les participants « acteurs », ce qui permet d’aller plus loin que de l’information descendante. Les mises en situation favorisent ensuite les débats et les échanges entre participants sur lesquels l’animateur du CNAM peut rebondir. Ces échanges sont particulièrement intéressants. Les serious games ont été testés avec nos représentants des comités de suivi (membres représentants les syndicats, le CHSCT …) et ont été très bien perçus. Ils sont plébiscités pour pouvoir ensuite sensibiliser les managers et les équipes opérationnelles.»

 

Vous pouvez témoigner ou réagir à ces témoignages dans les commentaires de cette page.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s