Participation aux 5° rencontres Jules Verne – école Centrale de Nantes

5RJVLes 5° rencontres Jules Verne, organisées par l’école Centrale de Nantes, avaient cette année pour thème : « Jules Verne, la science : jusqu’où explorer ? ». Ce colloque multidisciplinaire fut ainsi l’occasion de croiser des regards issus des sciences humaines et sciences et techniques autour de cette interrogation majeure que nous invitait déjà à nous poser le célèbre auteur Nantais.

A cette occasion, l’équipe du projet de recherche « compétences pour la RSE » a présenté une communication intitulée « Limites de l’exploration scientifique et éthique du chercheur : pour une science responsable » dont voici le résumé :

Alors que se pose la question de l’existence de limites de l’exploration scientifique, il paraît légitime de poser, au-delà des limites techniques et cognitives, la question de la responsabilité du chercheur. La responsabilité sociale et l’éthique, de plus en plus mobilisées dans la société, peuvent également être considérées comme un garde-fou à la puissance créatrice du chercheur. Aujourd’hui, toutes les sciences semblent concernées par ces questionnements : qu’elles soient techniques, du fait des désormais classiques questions sur l’armement (aujourd’hui au travers de l’utilisation des drones et autres robots militaires), de la santé ou de l’environnement par exemple, sociales par le développement de techniques de manipulation des mouvements sociaux de plus en plus poussées, ou par la convergence des deux au travers du développement des technologies de surveillance, faisant de la notion du panoptisme de Bentham (1791) une dure réalité sociétale, ou des tentations psychohistoriennes (Asimov, 1951) du Big Data.

Intégrer une dimension responsable au travail de recherche paraît une des voies de limitation importante à l’heure où l’ensemble de la société ne comprend plus, parfois, la pertinence de certaines découvertes. Deux éléments de réflexions paraissent complémentaires pour développer l’acceptabilité d’une science responsable : en premier lieu, développer une forme d’autolimitation éthique du chercheur concernant des découvertes dont les usages restent inconnus dans l’avenir, et, en second lieu, questionner la diffusion des enjeux de la recherche à l’heure où la vulgarisation ne semble plus suffisante à générer de la compréhension. Ainsi ne paraîtrait-il pas pertinent de tendre vers une forme de démocratisation de la recherche par l’intégration des parties prenantes de la société au cœur même du processus de recherche ?

Asimov Isaac (1957), Fondation, Hachette/Gallimard

Bentham Jeremy (2012), Panoptique. Mémoire sur un nouveau principe pour construire des maisons d’inspection (Éd.1791), Hachette Livre BNF.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s